Fonds d'art contemporain > Louise Barbu

CARROUGES
Château
Réservations : 02 33 27 20 32 et 02 33 31 90 90 (ODC)

Louise Barbu

Louise Barbu poursuit depuis le milieu des années 60 son exploration de la peinture abstraite. Elle le fait avec une remarquable fidélité à deux grands principes : l'amour du paradoxe, et le goût pour la conciliation des impossibles… Cette exploration, dès lors, ne peut être une simple évocation de ce qui est. L'enjeu serait plutôt, selon les propres mots de l'artiste, « une figuration de ce qui n'existe pas » ! Pour mener à bien la représentation de l'inconnu, Louise Barbu imagine des formes parfaitement définies et délimitées - un choix plutôt inattendu ! Des formes qui, loin de la froideur de la géométrie, sont animées par des lignes courbes - signe de leur vitalité, langage de leurs enlacements abstraits et pourtant sensuels. La lumière joue un rôle essentiel dans le jaillissement de ce monde imaginaire. En effet, elle apparaît dans chaque élément, présente comme le serait une âme, dotée de son éclairage intérieur, particulier. Au fil du temps, des formes nouvelles, porteuses d'énigmes, ont surgies dans l'univers sidéral du peintre : les « carrés souples », « les interdits tolérés » ou encore le « dessin géniteur ». Celui-ci consiste en une représentation sur la toile, à échelle réduite, des lignes qui soutiennent toute la composition. A ce « dessein » initial font écho, dans les œuvres récentes, les volutes spiralées d'un « ADN ». Par sa circulation provocante, l'ADN perturbe encore davantage l'harmonie d'ensemble, qui reste aussi heureuse qu'acrobatique. Louise Barbu ne souhaite imposer aucune interprétation quant à la signification de ces apparitions. L'artiste préfère la libre inspiration du regardeur qui est invité à déambuler à son gré dans les « dépaysages pentus » et organiques. Mais la quête de l'artiste semble toute inspirée par l'interrogation sur ce qu'est la figuration. On peut même la considérer comme une figuration de cette interrogation. En ce sens, la présence, sur la toile, de l'ADN, support de la pérennité de l'Etre biologique, pourrait symboliser le Temps de la peinture à l'huile : un Temps paradoxal, où le passé, le présent et le futur coïncident. Le médium, reçu en héritage par l'artiste, existe par l'entêtement de la main et des pinceaux qui caressent la toile dans le présent pour un plaisir à venir. Théophile Barbu Avril 2010
Tous les jours de 14h00 à 18h00 entrée libre Rens./Rés. : 02.33.27.20.32

du 18 juin au 15 août 2011
de 14h00 à 18h00




LMMJVSD
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Par semaine
[31][32][33][34][35]
Tout le mois

© adlec.com